skip to content »

tenpoint.ru

Speed dating maghrebin lyon

speed dating maghrebin lyon-77

Le député Joseph Crowley s’est alarmé du danger potentiel de cette idée : “l’Académie n’avait que des intentions louables, j’en suis convaincu, mais cette recommandation ne fait que créer une confusion sur la possible autorisation, sous une forme ou une autre, des mutilations sexuelles infligées aux filles.

speed dating maghrebin lyon-23speed dating maghrebin lyon-69

En Europe et en Amérique, le nombre de meurtres d’honneur est en hausse vertigineuse.Selon lui, les membres du comité “sont opposés à toute forme de mutilation sexuelle féminine qui font courir un risque ou provoquent des blessures physiques ou physiologiques” et considèrent l’entaille rituelle comme un “dernier recours”.Cette entaille est “censée être aussi bénigne que le perçage de l’oreille.Et au moment où les vertus médicales supposées de la circoncision masculine sont sérieusement remises en question …Il ne s’agit bien entendu plus de cautériser des clitoris, infibuler des petites lèvres ou enlever des ovaires pour guérir l’onanisme, les « troubles mentaux » de l’hypersexualité, de la nervosité, de l’hystérie ou du lesbianisme), voire, dans les hôpitaux psychiatriques, la catalepsie, l’hystérie, la mélancolie ou la kleptomanie …” et ajoute : «Il y a de par le monde des pays où battre sa femme est autorisé, où l’esclavage et les abus sexuels sur les enfants sont permis.

Nous n’autorisons pas ces coutumes dans notre pays.

Autoriser cette “entaille rituelle” n’aura aucunement l’effet positif qu’imaginent ces demeurés bien-pensants. C’est la misogynie islamique qui vient de recevoir l’approbation officielle de l’Académie de Pédiatrie.

Et ce n’est pas la première fois que le New-York Times approuve tacitement la pratique de l’excision : en janvier 2008, le journal dépeignait sous un jour positif un rituel d’excision dans un article qui ne disait pas un mot de la douleur, du sang, ou des infections qui résultent souvent de ces pratiques.

Nous subissons le même phénomène ici, aux États-Unis, mais en parler publiquement serait vécu comme une insulte au CAIR (Conseil Américan du culte musulman).

La recommandation de l’AAP est un exemple supplémentaire de la progression de la charia aux USA.

Nous n’autorisons pas les gens à pratiquer “un peu d’esclavage” parce qu’ils risquent de le pratiquer malgré tout. Des séminaires sur comment frapper sa femme et sur les bénéfices secondaires que l’on en escompte ?